> > COSV omniprésents dans les logements français

COSV omniprésents dans les logements français

Publié le 12.06.2015

Pour la première fois en France, l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI) apporte, après une campagne de prélèvements (recueil de poussières de sacs d’aspirateur et prélèvements des particules dans l’air) et d’analyses en laboratoires, les premiers éléments utiles pour évaluer les risques sanitaires potentiels liés à la contamination des logements en composés organiques semi-volatils (COSV).

Si l’étude révèle une forte hétérogénéité des COSV présents dans les logements français et une grande variabilité des concentrations, le principal enseignement réside dans le fait que certains COSV, notamment les phtalates et les HAP (hydrocarbure aromatiques polycycliques), sont détectés dans quasiment tous les logements, à la fois dans l’air et dans les poussières.

  • Dans l’air, 35 des 66 COSV recherchés (53 %)  sont présents dans plus d’un logement sur deux.
  • Dans les poussières au sol, 32 des 48 COSV recherchés (67 %) sont présents dans plus d’un logement sur deux.
  • A contrario, certains COSV ne sont jamais détectés.

Enfin, cette étude ne fait pas apparaître de spécificités françaises en ce qui concerne les concentrations déjà mesurées dans d’autres pays, à l’exception de la perméthrine, du DiBP et du bisphénol-A, dont les concentration dans les poussières au sol apparaissent supérieure en France.

De quoi s’agit-il ?

De part leurs multiples propriétés (insecticide, plastifiant, conservateur, retardateur de flamme, etc.), les COSV regroupent un ensemble de substances chimiques qui entrent dans la composition de nombreux matériaux et produits de grande consommation. Dans les environnements intérieurs ils sont émis par les matériaux plastiques (phtalates), les textiles d’ameublement (retardateurs de flamme polybromés notamment) mais aussi par les détergents, certains produits de soin et de cosmétiques (muscs de synthèse), les traitements insecticides (pyréthrinoïdes) ou lors des processus de combustion (charbon, bois, encens, tabagisme).

Une fois émis dans l’environnement intérieur, et contrairement à ce que le terme semi-volatil peut laisser imaginer, les COSV s’incrustent sur les surfaces, les particules en suspension et les poussières déposées, rendant leur présence dans les logements sur des temps longs (plusieurs années pour la plupart).

Effets sanitaires des COSV

Certains COSV sont suspectés d’avoir des effets sur le système nerveux et le système immunitaire et même entraîner des effets sur le système hormonal (baisse de la fertilité, malformation, cancer, etc.) ou l’augmentation de l’obésité, par exemple.
Les jeunes enfants, qui portent fréquemment leurs mains à la bouche, y sont particulièrement exposés. A l’ingestion de poussières, s’ajoutent les expositions par inhalation et par contact cutané.

Approche et méthodes mises en œuvre

L’approche se voulait « multi résiduelle » d’où le choix de travailler, non pas sur l’ensemble des composés organiques semi-volatils mais sur une sélection, fruit d’une étape de hiérarchisation sanitaire des COSV basée à la fois sur des concentrations déjà mesurées en France ou d’en d’autres pays et les repères toxicologiques existants afin de concentrer les efforts sur les composés susceptibles de présenter le plus de risque pour la population et parmi eux, les enfants de 6 mois à 6 ans.

Ainsi, sur les 156 COSV répertoriés, 66 ont été retenus pour l’analyse dans l’air et 48 pour les poussières au sol.

Au final 145 échantillons de poussières de sacs d’aspirateur ont été analysés ainsi que 258 filtres pour les particules dans l’air (prélèvements effectués dans le séjour des logements, durant une semaine complète, pendant des périodes d’occupation prédéfinies, de 17h à 8h en semaine et 24h/24 le week-end).

Parmi les suites données à cette précieuse étude, des travaux spécifiques sur la recherche des relations entre les concentrations de COSV dans l’air et les taux de renouvellement d’air des logements, les habitudes des occupants et les niveaux socio-économiques des ménages sont en cours ou prévus.