> > Les ENR séduisent toujours plus les Français

Les ENR séduisent toujours plus les Français

Publié le 25.01.2016

L’effet COP 21 et son exposition médiatique

Réalisée les 6 et 7 janvier derniers auprès d’un échantillon représentatif de 1.021 personnes, cette 6ème édition du Baromètre annuel Opinionway pour Qualit’EnR semble indiquer un retournement de tendance certain des Français en faveur des énergies renouvelables.

En effet, malgré un cours du pétrole historiquement bas et un contexte économique contraignant le pouvoir d’achat des ménages, tous les indicateurs de jugement de l’intérêt des EnR affichent des progressions significatives et stoppent la tendance baissière observée depuis 2013, même s’ils ne rattrapent pas totalement les scores atteints cette année là.

Ainsi, l’idée selon laquelle les EnR :

  • «  Permettent de faire des économies » progresse de 8 points. 79 % contre 71 % en 2015 et se rapproche du plus haut enregistré (81 % en 2014).
  • « Permettent de se sentir bien chez soi » progresse de 4 points. 86 % contre 82 % en 2015 (89 % en 2013).
  • « Sont respectueuses de l’environnement » progresse de 2 points. 88 % contre 86 % en 2015 (91 % en 2014 et 93 % en 2013).

En matière de confiance accordée aux différents types d’énergies renouvelables, la tendance baissière observée depuis 2013 est également stoppée avec :

  • une progression spectaculaire du chauffe-eau solaire et du photovoltaïque (+ 11 points par rapport à 2015) avec un score respectif de 79 % et 73 %
  • + 9 points pour les systèmes combinés chauffage/eau chaude (78 %)
  • + 7 points pour la pompe à chaleur avec un taux de confiance de 81 %

De même, les Français font aujourd’hui le choix clair d’encourager les filières vertes comme le solaire thermique (87 %), la pompe à chaleur (82 %), le photovoltaïque (81 %) l’éolien (78 %), le bois énergie (73 %) aux détriments des filières traditionnelles qui reculent toutes assez fortement :

  • le charbon (16 % – 9 points),
  • le fioul (20 % – 5 points),
  • le nucléaire (39 % – 6 points),
  • le gaz naturel ne perd que 3 points à 65 % tout comme le gaz de schiste mais à seulement 24 %.

Faut-il voir dans ces chiffres un quelconque effet COP 21 ? Seul l’avenir nous le dira mais André Joffre, président de Qualit’EnR veut aussi y voir « comme un retour à des fondamentaux face à la nécessité de lutter contre les changements climatiques et de réduire de nos émissions de gaz à effet de serre ».

Les équipements bois font la course en tête

En matière d’équipement  37  % des Français déclarent posséder des équipements utilisant les énergies renouvelables. Ils sont 48 % chez les propriétaires.

Les systèmes les plus présents dans les foyers français sont :

  • les inserts bois (17 %)
  • les poêles à bois (12 %)
  • les pompes à chaleur (12 %)

Les installations solaires suivent avec le photovoltaïque (8%) tout comme le chauffe-eau solaire qui par contre enregistre la plus forte progression (+ 3 points).

26 % envisagent de s’équiper dans les 12 mois à venir, soit une augmentation notoire de 5 points par rapport à 2015. Des intentions qui montent à 35 % chez les propriétaires avec un regain d’intérêt pour les systèmes solaires : chauffe-eau solaire et/ou système combiné (13 %) + 1 point, photovoltaïque (11 %) + 2 points.

A noter la bonne résistance de la pompe à chaleur à 10 % (+ 2 points) alors que les équipements bois restent stables à 13 %.

Poursuivre les efforts d’information du grand public tant en matière d’auto-conditionnalité que d’aides publiques en faveur des EnR.

28 % des Français ne connaissent pas le signe de qualité RGE et ils sont encore 27 % à ne à tout ignorer du PTZ, du crédit d’impôt et à fortiori des aides régionales en faveur des EnR. Il apparaît donc important de continuer l’effort d’information du public  sur les règles à connaître et les aides au financement de travaux de rénovation énergétique, d’autant que seulement 83 % des personnes qui connaissent le dispositif RGE déclarent vouloir faire appel à des professionnels qualifiés RGE s’ils devaient faire réaliser des travaux de rénovation énergétique de leur logement.  Les 17 % restants savent-ils que cela est indispensable à l’obtention des aides publiques ? Si l’étude n’apporte pas de réponse, on peut légitimement se poser la question.

Parmi les aides on retiendra que le crédit d’impôt est la plus connue à 69 % (76 % auprès des propriétaires) suivi du PTZ à 62 % (65 % auprès des propriétaires), très loin derrière les aides régionales à seulement 38 %.

Les freins à l’équipement : le prix mais pas seulement

Si le prix conditionne le choix d’équipement utilisant des énergies renouvelables pour 54 % des personnes interrogées (51 % parmi les propriétaires) dans la mesure où ils n’opteraient pour cette solution uniquement si ceux-ci ne représentent pas de surcoût, deux autres freins majeurs subsistent. Les difficultés administratives à l’obtention des aides (39 %) et le manque d’information sur les équipements utilisant les énergies renouvelables (36 %).

Résultats complets de l’étude