> > Rénovation lourde : l’isolation acoustique embarquée

Rénovation lourde : l’isolation acoustique embarquée

Publié le 27.04.2017

Les bâtiments d’habitation, les chambres d’hôtels, les pièces de vie des établissements d’enseignement (salles de classes, bureaux, salles de réunion et salles de repos des écoles maternelles) ainsi que les locaux d’hébergement et de soins des établissements de santé, situés dans le périmètre du plan de gêne sonore (PGS) d’un aéroport, ou dans une zone de dépassement des valeurs limites des cartes de bruit routier et ferroviaire (carte « c ») engagés dans des travaux de rénovation importants (tels que définis aux articles R 131-28-7 à R 131-28- 11) ou dans des travaux de rénovation énergétique globale sont tenus de satisfaire à un niveau d’exigences de performances acoustiques minimales.

L’arrêté du 13 avril 2017 en définit les différents seuils.  Il entrera en vigueur le 1er juillet 2017.


Trois seuils en fonction de l’intensité des nuisances


Ainsi, les bâtiments situés dans en zone 1 d’un PGS devra atteindre un objectif d’isolement acoustique aux bruits extérieurs de 38 dB. Celui-ci sera établit par une étude acoustique conduite par un professionnel.

En zone 2 d’un PGS ou en carte « C » le seuil est fixé à 35 dB.

En zone 3 d’un PGS le seuil est fixé à 32 dB.

Dans les deux derniers cas, si l’étude acoustique n’est pas obligatoire, il conviendra alors d’employer des composants avec des indices d’affaiblissement acoustique supérieurs aux valeurs précisées dans les annexes de l’arrêté.

Lorsque le bâtiment est situé à la fois en carte « c » et en zone PGS l’étude acoustique s’impose et c’est le niveau d’exigence le plus élevé qui est demandé.

 

Synergisud à votre service

 

Synergisud, via son département "Etudes acoustiques" se tient à votre disposition pour toutes informations complémentaires sur ce nouvel arrêté, mais aussi pour conduite à votre demande toute les études que nécessite votre projet. Pour en savoir plus contactez Chantal Arribére