> > Le PTZ neuf n’a pas dit son dernier mot

Le PTZ neuf n’a pas dit son dernier mot

Publié le 17.12.2019

Nouveau rebondissement dans le feuilleton relatif à la prolongation du prêt à taux zéro dans le neuf.

Alors que l’on pensait qu’il disparaîtrait suite aux vives critiques formulées dans un rapport publié par l’Inspection générale des finances et le Conseil général de l’environnement et du développement durable, le PTZ a finalement rallié à sa cause de nombreux parlementaires.
C’est ainsi qu’après l’Assemblée nationale et malgré l’avis défavorable du gouvernement,  le Sénat  à son tour vient de demander sa prolongation, au moins dans les zones B2 et C alors qu’il devait disparaître de ces secteurs. Les sénateurs confirment en effet le maintien du PTZ dans les secteurs ruraux jusqu’à la fin de l’année 2021.

Pour les professionnels du Bâtiment, très inquiets des conséquences de la suppression du dispositif d'aide à l'accession à la propriété, la volonté de la représentation nationale est désormais sans ambiguïté, puisqu’elle appelle unanimement de ses vœux au maintien de ce dispositif essentiel pour la cohésion des territoires et le parcours résidentiel des ménages modestes.
En particulier, pour le président de la Fédération française du Bâtiment, Jacques Chanut, le PTZ dans le neuf « est un véritable outil d’aménagement du territoire hors des grandes agglomérations », aussi, encourage-t-il les parlementaires « à tenir jusqu’au vote définitif de la Loi de finances pour 2020».

Décidément rien n’est simple pour ce gouvernement qui semble bien décidé à mettre à rude épreuve l’impatience des acteurs du bâtiment, et par voie de conséquence, celle des futurs propriétaires pour enfin définir un périmètre de jeu clair, lisible et pérenne. Une nouvelle fois, il faudra faire preuve de patience et espérer que le sens commun l’emportera.